FR EN
Cimetières de France >> Rechercher >> Rechercher un cimetière >> Bourillon - Chantilly (60500) - Présentation

Bourillon - Chantilly (60500)


Nombre d'inhumés référencés : 4 041
Nombre de sépultures : 1 666

Présentation du cimetière

Histoire des cimetières de Chantilly

D’après le guide des cimetières cantiliens, M. Le Guen et J. Preuvot

 

 

 

L’histoire des cimetières cantiliens remonte au VIIe siècle. En effet, dès le XVIIe siècle, des tombes mérovingiennes étaient mises au jour à l’ouest du château. Ces sépultures, ainsi que d’autres découvertes à proximité à des périodes plus récentes, attestaient donc d’une première petite nécropole à Chantilly. Mais celle-ci disparut lors des travaux d’aménagements du parc du château de Chantilly pour les princes de Condé.

Il fallut attendre la construction et la consécration de l’église paroissiale Notre-Dame, en 1692, pour voir apparaître à nouveau un cimetière. Il était situé au chevet de l’église. Notons qu’avant l’aménagement de celui-ci, les habitants du domaine de Chantilly étaient enterrés dans les paroisses voisines (Gouvieux, Saint-Léonard, etc…).

 

L’augmentation rapide de la population cantilienne au XVIIIe siècle et la construction des Grandes Ecuries mitoyennes de l’église, rendirent très vite ce cimetière trop petit. On commença à inhumer les Cantiliens dans le cimetière Saint-Laurent créé en 1736, à côté de la chapelle Saint-Laurent dépendant de l’hospice Condé et réservé à l’origine aux indigents et malades accueillis par cet établissement. Ce cimetière était plus vaste et surtout plus éloigné des lieux d’habitation. Le cimetière de Notre-Dame disparut donc en 1791.

 

Au XIXe siècle, le développement des activités hippiques à Chantilly entraînant un nouvel accroissement de population, le problème de capacité d’accueil du cimetière se posa à nouveau. En 1841, la municipalité acheta une parcelle du bois Bourillon au duc d’Aumale, propriétaire d’une grande partie du foncier de la ville. Le cimetière Bourillon fut alors aménagé, des tombes du cimetière Saint-Laurent transférées et les premières inhumations purent avoir lieu. Le cimetière Bourillon était à l’époque situé à l’extrémité sud de la ville. Son nom vient d’un dénommé « Burillon » laboureur fortuné résidant à Quinquempoix (hameau originel de Chantilly) et propriétaire de cette parcelle au XVIe siècle. 

 

Encore une fois, le développement démographique de la ville, avec notamment la création du quartier du Bois Saint-Denis, mais aussi les conséquences de la Première Guerre mondiale menèrent à l’ouverture d’un nouveau cimetière, coexistant avec l’ancien. Un terrain situé à la périphérie du centre urbain au lieu dit de « La Fourrière », fut acquis en 1932. Les premières inhumations commencèrent en 1935. En 1937, le cimetière prit le nom de cimetière Saint-Pierre, du prénom de la première personne inhumée, Pierre Marquis, gardien du château.

 

Aujourd’hui, deux cimetières coexistent donc à Chantilly : le cimetière Bourillon et le cimetière Saint-Pierre.

 

 

 

« Le cimetière de Chantilly ressemble à une clairière dans un bois sacré. Les arbres qui l’entourent, qui le cernent et le pressent, y répandent, comme de vertes chevelures, l’ombre de leurs feuillages, et les oiseaux viennent y chanter jusque sur les tombes. Il n’est pas jusqu’aux offrandes funéraires, roses, rouges et lilas mauves, qui ne lui viennent ajouter un air de jardin. »

 

Henri BORDEAUX
de l’Académie Française

 

 

 

Le cimetière Bourillon

 Le cimetière Bourillon a un plan très simple. Il est organisé en 8 secteurs carrés d’environ 190 tombes chacun. Des tombes sont aussi disposées le long du mur d’enceinte. Au total le cimetière regroupe aujourd’hui près de 1800 tombes.

Tout de suite en entrant, à gauche, se situe le pavillon où logeait autrefois le gardien. Sur la façade sud, on peut lire à droite du mur des graffiti : deux dates (1865 et 1844) et des initiales. Sur la façade est, entre les fenêtres, on peut encore voir le beau tracé régulier des arabesques d’une croix et d’une façade de chapelle funéraire esquissé, jadis, par les tailleurs de pierre travaillant sur le site.

Le cimetière présente un bel ensemble des différents types d’architecture funéraire : mausolée, tombeau, chapelle funéraire, obélisque, colonne funéraire….ainsi que deux ossuaires (situés le long du mur nord du cimetière).

Le cimetière fait partie de l’histoire urbaine, artistique, sociale, religieuse et politique de la ville. C’est un lieu qui garde une trace « gravée dans la pierre » des personnes et événements ayant marqué l’histoire de la ville.

 > La ville de Chantilly organise régulièrement des visites du cimetière Bourillon pour groupes ou individuels. Renseignements : Office de Tourisme de Chantilly 03.44.67.37.37.


 

 

 

Autres cimetières référencés pour la commune de Chantilly :