FR EN
Cimetières de France >> Actualités >> Coronavirus : ce qui change en cas de décès

Coronavirus : ce qui change en cas de décès

publié le 26-03-2020 | Société

Des mesures exceptionnelles ont en effet été mises en place

Si un parent ou un proche vient à décéder, des mesures d’exception sont mises en place. À suivre de manière stricte, pour l’inhumation comme pour la crémation.

L’ensemble des sociétés de pompes funèbres ont pris des dispositions exceptionnelles en cette période de crise. Des mesures qui, faut-il s’en étonner, se soldent par des restrictions.

Dans une entreprise de pompes funèbres, les magasins restent ouverts afin d’accueillir les familles avec des horaires normaux. Pour le reste, tout change ou presque. Ainsi, il n’est plus possible d’organiser une cérémonie au crématorium. « La crémation se fait en l’absence de la famille », indique-t-on au sein de la société.

Dans le cas d’une inhumation dans un cimetière, les cas de figure sont différents selon les communes. Mais en règle générale, seule la famille proche, ascendants et descendants, peut accompagner le cercueil. « D’ailleurs, les cimetières ne sont ouverts que pour les obsèques », précise-t-on dans l’enseigne. Quant au travail administratif, il s’effectue par mail avec les mairies. « Nous prenons plus de précautions. Il faut dire que nous ne sommes pas prioritaires pour les masques. »

Dans l’hypothèse d’un décès lié au coronavirus, il est prévu, là aussi, une procédure d’exception : une housse pour le corps et une mise en bière immédiate.

Dans une autre société, l’espace d’accueil reste ouvert mais il est demandé aux familles de venir en nombre de personnes limité. Et seules sont accueillies celles qui viennent pour un deuil, et pas pour de simples renseignements. Même message pour une présence limitée à quatre ou cinq personnes au cimetière afin d’accompagner un défunt, et aucune cérémonie au crématorium.

S’agissant de la mise en bière, cette société permet à la famille (de deux à quatre personnes maximum) de se recueillir quelques instants avec, bien entendu, toutes les précautions nécessaires. Et la famille doit partir avant l’arrivée de la police pour la fermeture du cercueil avant crémation. Et en cas d’inhumation ? « Ça change de jour en jour. Nous nous adaptons aux mesures officielles », indique la responsable de cette société.

 

 

Source : https://www.lest-eclair.fr/id140879/article/2020-03-23/lorganisation-des-obseques-bouleversee