FR EN
Cimetières de France >> Actualités >> Les cimetières et le jour de la Toussaint

Les cimetières et le jour de la Toussaint

publié le 31-10-2018 | Zoom sur ...

Comme chaque année, le 1er novembre constitue le jour de la Toussaint, fête de tous les saints.

L’activité la plus visible à l’occasion du 1er novembre est la visite des cimetières par les catholiques. Pourtant, le calendrier liturgique renvoie la commémoration des fidèles défunts au lendemain, le 2 novembre. Il faut donc comprendre que c’est pour des raisons pastorales que cette célébration est anticipée avec les cérémonies religieuses et la visite des cimetières dans l’après-midi de la Toussaint, le 2 novembre n’étant pas un jour férié en France.

La Toussaint constitue également « l'occasion de se souvenir de ceux qui sont partis. C'est toujours très émouvant, car on est dans le souvenir, la douleur, la nostalgie, ça fait aussi du bien de l'exprimer. Le cimetière est un lieu de mémoire familiale. Quant aux jeunes, si le fait de dire des messes pour les défunts se perd, ils vont toujours au cimetière, mais pas forcément à la Toussaint », confie un prêtre.

 

'Aux petits soins pour la Toussaint'

C'est surtout à l'occasion de la Toussaint que les familles s'intéressent aux tombes des défunts et renouent avec la tradition multiséculaire de chandelles et bougies allumées dans les cimetières. Depuis le XIXe siècle, le fleurissement avec des chrysanthèmes des tombes à la Toussaint est devenu très populaire. Ces deux gestes symbolisent la vie heureuse après la mort.

Il n’y a cependant pas que les sépultures des défunts qui reçoivent les meilleures attentions, c’est également le cas pour les visiteurs de nos cimetières par le biais du personnel des sites funéraires. Les responsables de cimetières sont très sollicités tout au long de l'année pour la gestion des concessions et l’accueil du grand public, particulièrement à la Toussaint.

« Les familles se déplacent toujours autant au cimetière. Certaines sont là dès 8h30 à attendre que le portail s'ouvre » constate un responsable de cimetière. « L'important, c'est d'avoir toujours le sourire. Ce n'est pas parce que les gens sont tristes qu'il faut faire la tête. L'accueil doit être irréprochable », poursuit-il. C'est donc avec le sourire qu’il parcourt les allées du cimetière. Certaines tombes sont laissées à l'abandon, d'autres sont de véritables œuvres d'art. Par exemple, les concessions des gens du voyage sont très colorées tout au long de l'année, mais à l'approche de la Toussaint, elles sont encore plus fleuries.

 

Les cimetières, des lieux à entretenir et à sécuriser sans répit 

Les cimetières sont des lieux à entretenir et à sécuriser perpétuellement. Les défunts enterrés dans un cimetière demeurent importants pour la communauté. « Même après la mort, les fidèles se doivent de s’occuper de l’endroit de repos des défunts jusqu’au jour de la résurrection » affirme un prètre.

Il est donc primordial d’entretenir les sépultures de ses proches par décence, mais aussi pour des règles élémentaires de sécurité, comme le témoigne ce surprenant fait divers qui fait état du décès d’une octogénaire dans un cimetière il y a quelque années. Cette alsacienne était en train de nettoyer une tombe familiale lorsqu’elle aurait été prise d’un malaise, d’après les premiers éléments de l’enquête. Elle se serait alors appuyée contre une stèle d’une tombe voisine, qui lui est tombée sur le thorax. L’octogénaire a été aperçue par un passant, qui a donné l’alerte. En arrêt cardio-ventilatoire à l’arrivée des secours, la dame n’a pu être réanimée. Si aucun élément suspect n’a été relevé par les enquêteurs, la thèse accidentelle devrait être confirmée par un examen de corps, qui visera à déterminer les causes précises du décès.

 

Sources : lindependant.fr, lorient.letelegramme.fr, lalsace.fr