FR EN
Cimetières de France >> Actualités >> On peut à nouveau mourir tranquille à Cugnaux (31)

On peut à nouveau mourir tranquille à Cugnaux (31)

publié le 09-03-2012 | Patrimoine funéraire

La ville de Haute-Garonne a enfin régler ses soucis de disponibilité d'emplacements funéraires dans son cimetière.

16 novembre 2007. Le maire de la ville de Cugnaux publie un arrêté municipal interdisant de mourir sur le territoire communal à toute personne ne disposant pas de caveau familial dans le cimetière. Cet arrêté, unique en son genre, sera même évoqué au journal de 20h de TF1.

Depuis, la procédure de reprise des concessions à l'état d'abandon s'est achevée début 2012 pour faire place à une autre étape importante : le relevage physique des tombes.

L'objectif pour la mairie : « faire de la place » et « gérer une situation d'urgence ». Car il faut dire que celle-ci était en effet pour le moins problématique et surtout inédite. De mémoire des employées de la mairie, une opération de ce genre n'avait encore jamais été menée.

Sur les 700 concessions que compte le vieux cimetière, 123 seront désormais disponibles pour de nouveaux locataires.

« Une opération délicate » pour la mairie, qui a fait appel à une société privée pour effectuer l'extraction de cercueils datant, pour certains d'entre eux, des années 1 880. La mairie a envoyé un courrier recommandé aux familles des locataires des concessions délaissés, comme la loi le stipule.

Pour Jean Louis Dupin, en charge du projet de repérage des tombes, « l'opération permet de nettoyer le cimetière, qui était par endroit dégradé et ainsi donner un visage plus aéré au cimetière ». L'élu rappelle que ces travaux sont également l'occasion pour la mairie de construire un columbarium de 40 places de plus, afin « de répondre à la demande ». Le Souvenir Français en profitera également pour élever un monument qui servira d'ossuaire aux morts pour la France. Pour le moment, à la mairie, on espère un début des travaux du nouveau cimetière dès l'année prochaine, qui proposera quelque 500 nouvelles concessions non loin du super U, dans le quartier Petit Jean. Coût total de l'aménagement d'un troisième cimetière dans la commune : 790 000 euros, entièrement pris en charge par la Communauté urbaine du Grand Toulouse. En attendant, « on essaie de trouver des solutions et on gère les places en urgence », c'est-à-dire au moment du décès.

 

Source : ladepeche.fr. Article du 25/02/2012 par F.M.